SNUipp-FSU Guyane
http://973.snuipp.fr/spip.php?article946
Compte rendu du CTP du 29 juin 2011
vendredi, 1er juillet 2011
/ Amalia

Bilan du PAF (et non de la formation continue)

1° degré : 58% des places offertes ont été réellement occupées par des stagiaires, ce qui représente 8494 journées stagiaire (1 journée stagiaire = 1 jour de stage pour 1 personne). Plus d’¼ concerne la formation des PES, un peu moins d’¼ la formation CAPAsh option D. Sur les 2400 enseignants du 1° degré : 3,54 journées/agent en moyenne.

La FSU fait remarquer qu’il y a seulement 9 stages à candidatures individuelles, parmi lesquels 5 ont été supprimés. Les enseignants en classe ordinaire n’ont plus accès à la formation continue. Nous ne souhaitons pas mélanger les formations spécifiques (CAPAsh,CAFIPEMF, GRAC....), institutionnelles (Directeurs, non titulaires, non spécialisés), et initiales (PES), avec la formation continue des enseignants des classes ordinaires. La FSU regrette que 95% des formations soient à public désigné. Seulement 4-5% de places liées à l’initiative personnelle des enseignants. C’est trop peu.

2° degré : Taux d’absentéisme trop important pour les stages. La FSU a fait remarqué que l’organisation du travail dans le 2° degré n’est pas toujours cohérent avec l’organisation des stages, dont les dates changent trop souvent.

Il manque le bilan financier. Que se passe-t-il avec les reliquats ? Le Directeur du Cabinet dit prévoir pour l’année prochaine de réinjecter les crédits non utilisés sur d’autres formations.

PAF 2011/2012

Cette année sera mis en place d’un PAF interactif et modulable. L’accès technique sera facile à partir du site académique. Les candidats pourront sélectionner toutes les actions qui les intéressent même si elles sont à public désigné. Cela permet une transparence sur les thèmes qui intéressent les collègues.

Il demeure cependant un gros problème de budget : certaines formations sont trop couteuses.

La FSU conteste les chiffres et l’absence de stages au choix des enseignants. Elle salue l’accessibilité de ce site mais déplore la pénurie de l’offre de formation et demande plus de moyens (4 voix contre lors du vote).

L’UNSA se dit contente de ce document (vote pour avec l’administration).

Vie de l’élève

Secteur infirmier : aucune modification. Les moyens sont cependant très insuffisants et les secteurs d’intervention trop importants. Au vote, la FSU se positionne contre. L’UNSA et UTG s’abstiennent, après avoir fait venir un « expert » qui n’a pas fait la moindre analyse du document.

Secteur assistants sociaux : : peu d’amélioration. Au vote : la FSU s’abstient. L’UNSA et UTG votent pour, comme l’administration.

Questions Diverses de la FSU :

- La FSU demande que soit portée le document concernant l’état des décharges syndicales, afin de vérifier si les deniers de l’état sont utilisés de façon claire et équilibrée. Le Recteur pense que cela sera possible, sous réserve de respecter les informations personnelles.

- Situation désastreuse de l’école de Camopi : l’Inspecteur Hygiène et Sécurité et le SCASU ont été alertés par le Rectorat. A 3 Sauts, malgré la fermeture de l’école et quelques travaux effectués, les conditions ne sont toujours pas réunies, seuls 2 enseignants sont restés sur le site, les autres sont sur Matoury et St Georges. Le Recteur se réserve le droit de fermer l’école de Camopi si les conditions d’hygiène et de sécurité ne sont pas réunies pour l’accueil des enfants et le travail des enseignants. Nous ne pouvons que soutenir cet engagement, et rappelons que les enseignants en poste à Camopi font beaucoup d’effort, supportent des conditions de vie et de travail peu tolérables, un respect leur est du de la part de leur administration.