Retour accueil

Vous êtes actuellement : Archives  / 2007-2008  / Actions  / 2008 


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail title= suivre la vie du site syndiquer le forum

Grève du 15 mai : compte rendu et communiqué de presse

vendredi 16 mai 2008

Les collègues enseignants ont répondu massivement présent à l’appel unitaire des organisations syndicales de la fonction publique malgré le mauvais temps.

Jeudi 15 mai : forte mobilisation malgré quelques cafouillages

Les collègues enseignants ont répondu massivement présent à l’appel unitaire des organisations syndicales de la fonction publique malgré le mauvais temps. Comme convenu par l’intersyndicale, nous nous sommes rendus à la Préfecture afin de porter les doléances des fonctionnaires au préfet. Nous avons été reçus à 10h. Nous avons déploré le désengagement de l’état et plus particulièrement de l’éducation nationale qui semble favoriser les emplois précaires à tous les niveaux, la diminution du personnel d’encadrement, la mise au point mort de l’observatoire de l’enseignement, l’arrêt progressif des structures spécialisées d’aides aux enfants en difficulté, une création de postes ne prenant absolument pas compte des réalités de l’éducation en Guyane. Il nous a été annoncé une énième mission d’IGEN connaissant la Guyane qui aura pour but de dresser un état des lieux car évidemment le ministère ne connaît pas situation de la Guyane. Après un compte rendu fait aux collègues qui nous attendaient devant la préfecture nous nous sommes rendus en opération escargot à Troubiran tout en sachant que le recteur Wacheux n’avait pas daigné être présent en Guyane un jour de mobilisation massive du personnel enseignant et qu’il avait fait fermer le rectorat aujourd’hui. Mépris ? Refus du dialogue social ? Ou alors il a d’autres priorités que de gérer les doléances de ses personnels. En tout état de cause, la délégation, composée de la représentante des parents d’élèves (la FCPE), les représentants des lycéens (UNEL), le CENT, la FSU, le SGEN, le SNETA, le STEG-UTG, l’UNSA, a été reçue par l’IAA, M. Sorèze, le SGA, M. Féral, le DRH, M. Willard. Nous sommes restés debout car nous avions juste à leur dire que nous tenions à être reçus par le recteur et que nous estimions qu’il aurait dû faire un effort pour être présent dans son département un jour de grève nationale. Il serait parti au ministère avec des dossiers pour défendre les intérêts de la Guyane sans avoir consulté les organisations syndicales. Notre avis ne semble pas compter. Il est dans la droite ligne de la communication à la Darcos. C’est même lui qui fixe l’heure et le jour où il consent nous recevoir, à savoir à sa descente d’avion, demain vendredi à 18h30. Suite du mouvement :

Après d’âpres discussions intersyndicales, nous avons décidé de suspendre le mouvement, de se rencontrer en intersyndicale le vendredi 16 mai 2008 à 18h afin de faire le point sur la mobilisation, d’organiser la mobilisation à venir à savoir aux alentours du 22 mai et de fixer le jour où nous souhaiterions être reçu par le recteur.


Communiqué du SNUipp-Guyane

Jeudi 15 mai : très forte mobilisation dans les écoles

Au moins 80% des enseignants des écoles de Guyane étaient en grève aujourd’hui. Cet engagement massif de notre profession témoigne de l’exaspération des enseignants des écoles vis-à-vis de la dégradation de leurs conditions de travail, du mépris affiché par le Recteur à l’égard de leurs propositions et revendications, de l’aveuglement du gouvernement qui ne raisonne qu’en termes d’économies de postes sans prendre en compte l’état calamiteux du système éducatif en Guyane.

Le gouvernement, par l’intermédiaire du recteur, doit prendre toute la mesure des moyens énormes qui manquent à l’école en Guyane pour rattraper les retards accumulés au cours des décennies passées. Il doit comprendre que laisser la situation en l’état ne peut qu’aggraver l’échec scolaire, provoquer la sortie précoce du système éducatif de jeunes sans diplômes et les jeter dans la rue sans espoir. C’est une véritable bombe à retardement que l’Education Nationale est en train d’installer ici.

La fermeture de structures spécifiques au traitement de la particularité du public scolaire guyanais, l’externalisation et la fragilisation des dispositifs d’aide comme les RASED, l’alourdissement de la conception mécaniste des programmes auront un effet néfaste sur le fonctionnement de l’école à la rentrée prochaine. La faiblesse de la dotation au regard de l’évolution démographique augmentera encore les effectifs dans les classes, permettra encore moins le remplacement des enseignants absents.

Transformer l’école, travailler à la réussite de tous les élèves nécessitent une autre politique éducative et d’autres choix budgétaires pour permettre une scolarisation de tous en maternelle, pour développer la formation continue et l’accompagnement des équipes, les dispositifs innovants tels que « plus de maîtres que de classes », pour mieux répondre à la difficulté scolaire.

Le SNUipp déplore l’absence du Recteur le jour où enseignants, lycéens et parents d’élèves désiraient lui faire part de leur désarroi, de leurs inquiétudes et de leurs revendications. Cette attitude est indigne de la part du responsable de l’académie et prouve le peu de cas qu’il fait du malaise de toute la communauté éducative.

Le SNUipp et la FSU étudieront dès demain, dans le cadre de l’intersyndicale, les suites à donner à ce mouvement et les modalités d’une rencontre avec le recteur qui ne pourra pas se défiler une nouvelle fois.

Cayenne, le 15 mai 2008

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |